Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

The Neon Demon

Publié le 24 Juin 2016 par lecinephiledusamedi in Thriller

La simple évocation de Nicolas Winding Refn évoque, à elle seule, bon nombre d'interrogations et déchaîne les passions de cinéphiles invétérés : entre un Valhalla Rising soporifique d'un côté et la magnificence du bijou Drive d'un autre, il est, un peu comme Tarantino avant lui, le précurseur d'un cinéma incertain. Avec The Neon Demon, il tente de faire oublier le fiasco critique et commercial d'Only Gog Forgives et signe au passage une pépite fantastique, savoureuse et digne des plus grands. Car avec une telle introduction, les bases sont bétonnées. Avec une bande-sonore ahurissante, tant elle fascine et suscite l'émerveillement, le réalisateur aborde le monde de la mode avec une grande classe : il la dissèque sous toutes ses coutures, la retranscrit avec une mise en scène épique, tout en exploitant au mieux son personnage phare, la jeune Jesse (Elle Faning géniale), plongée malgré elle dans une fosse aux lions redoutables. Sa transformation est parfaitement retranscrite, visible tout du long, alors que chaque étape est matérialisée par une scène à forte sensation (on pensera à l'insouciante danse bercée par la Lune, sa rencontre avec un Desmond Harrington qui a bien changé depuis Dexter, au casting palpable qui va tout changer, menant au défilé tant attendu où l'adolescente se transforme en femme, faisant office de Black Swan). Et même si les longueurs se font très rares, le spectacle n'en perd une saveur et distille au compte-goutte son génie. En guise de final explosif, rien de mieux qu'un regard caricatural et ô combien absurde sur son trio de diablesses sexy sources de toutes les envies, mais néanmoins ligotées en enchaînées en leur for intérieur, vecteur d'un Démon de la Mode cruel et implacable.

17/20

Commenter cet article