Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

BEST OF 2012

Publié le 31 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Cinéma Général

L'année 2012, qui a débuté avec La Grande Vadrouille et se termine avec Le Crime était presque parfait, a été riche en émotions, tristesse, colère, joie. Le cinéma a une nouvelle fois réussi à jouer le rôle d'échappatoire dans mon quotidien.

En 2012, je suis allé au cinéma 29 fois (Le Pacte, J. Edgar, Chronicle, La Dame en Noir, Projet X, Hunger Games, Avengers, American Pie 4, Dark Shadows, Prometheus, Blanche-Neige et le Chasseur, Un bonheur n'arrive jamais seul, The Amazing Spider-Man, Rock Forever, The Dark Knight Rises, Total Recall Mémoires Programmées, Expendables 2, Superstar, Des Hommes sans Loi, Resident Evil : Retribution, Taken 2, Looper, Sinister, Twilight 5, Argo, The Impossible (2 fois), Populaire, Le Hobbit).

 

Pour résumer cette année 2012, mon top 10 serait :

10- Projet X

9- Argo

8- Des Hommes sans Loi

7- Prometheus

6- The Descendants

5- Moonrise Kingdom

4- The Dark Knight Rises

3- Extrêmement Fort et Incroyablement Près

2- The Amazing Spider-Man

1- The Impossible

 

Et voilà toutes mes récompenses pour cette année 2012 :

commentaires

Le Crime était presque parfait

Publié le 30 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Thriller

http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/35/10/07/affiche.jpg70ème du top Allociné des meilleurs films, et avec des notes presse de 4.7/5 et spectateurs de 4.1/5, on ne peut pas dire que Le Crime était Presque Parfait soit passé inaperçu. Réalisé par Alfred Hitchcock juste avant Fenêtre sur Cour, le huis-clos sorti en 1955 en France réserve d'excellentes surprises scénaristiques à ses spectateurs, livre un jeu d'acteur impressionnant de la part de Ray Milland et balourde un final explosif au twist fort efficace. Dommage en revanche que les personnages de l'amant et de l'inspecteur soient si lourds, et que le main character finisse par se faire rattraper par ses erreurs. La mise en scène hitchcockienne est en revanche très bonne.

Verdict : 15/20

commentaires

L'Age de Glace : La Dérive des Continents

Publié le 30 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Dessins-Animés

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/68/30/20093574.jpgToujours dans le même délire que ses précédents opus, mais avec moins de tact, L'Age de Glace 4 représente la goutte de trop. Répétitif, moins drôle, présentant des personnages qui sortent trop de l'ambiance Ice Age, amenant des clichés de la vie, ce métrage s'impose à tous comme un film totalement réchauffé, qui perd toute sa saveur et ne fait plus que s'axer sur le modèle des autres. Bien loin de la réussite et de l'innovation du premier, qui était parvenu à créer une réelle source de divertissement, La Dérive des Continents n'est pas exempts de bons moments, certes, mais la magie ne fonctionne plus comme avant.

Verdict : 11/20

commentaires

Jean de Florette

Publié le 28 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Drame

http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/36/28/94/19254600.jpgInspiré de l'oeuvre de Marcel Pagnol et réalisation française parmi les plus cultes des années 80, Jean de Florette est et restera un film magnifique dans toute sa splendeur. Gérard Depardieu dans le rôle de cet homme venu de la ville pour dompter la Terre et faire fortune, mais que la chance ne comblera pas, il est accompagné de méchants personnages incarnés par Daniel Auteuil et Yves Montand, des méchants que le cinéma ne nous présente que trop rarement par ces temps-ci. Ainsi, dans une France provençale des années 20, à travers un décor du Sud bercé par les grillons, Jean de Florette tente par tous les moyens d'accomplir son oeuvre, et ce, avec beaucoup de détermination et de poésie. Une très belle oeuvre que viendra compléter sa seconde partie, Manon des Sources.

Verdict : 15/20

commentaires

Volt, star malgré lui

Publié le 27 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Dessins-Animés

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/65/68/81/19022754.jpgDessin-animé sorti en 2009 et co-produit par John Lasseter, le maître de Pixar, Volt, star malgré lui montre rapidement ses nombreuses faiblesses. Ainsi, l'histoire devient vite inintéressante, les personnages principaux s'avèrent lourds, la fin est déjà connue d'avance. Un dessin-animé qui ne révolutionne rien et n'apporte rien au genre. Quelques petites scènes sont assez plaisantes mais se perdent dans l'ennui inconsidéré qu'apporte cette histoire.

Verdict : 8/20

commentaires

Mattaward 2012 : Pour Patienter

Publié le 27 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Cinéma Général

La fin d'année approche, chers amis, l'occasion pour nous de revenir sur les meilleurs films de l'année 2012.

Mais pour patienter un peu avant le grand jour, je vous propose de revoir le must des années 2010 et 2011.

ANNEE 2010 : Partie 1 (lien vers la partie 2 au début de la vidéo)

ANNEE 2011 : Partie 1 (lien vers la partie 2 au début de la vidéo)

commentaires

Homeland 2x12 Final (No Spoilers)

Publié le 27 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Séries TV

Tout comme Dexter, Homeland nous a quitté la semaine dernière en présentant son 12ème épisode après tant d'attente. Déçu de l'an dernier puisque le final était assez décevant, le bilan de cette année n'est pas le même puisque ce final est à la hauteur de ce que l'on attendait. Bien que les choses soient longues à mettre en place, et ne se révèlent que tardivement, le spectacle est finalement réussi, prouvant que l'attente valait le coup. Malgré que la fin ait une petite saveur style fin de saison 2 de Prison Break, et que les choses commencent à tourner en rond, nous sommes tout de même satisfait du résultat.

http://www.lemag-vip.com/pic/homeland-204-a.jpg

commentaires

JK Rowling : La Magie des Mots

Publié le 23 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Biopic

http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/93/30/15/20248312.jpgTout le monde connaît le monde de Harry Potter, de Poudlard et des Sorciers, même si nous ne sommes que des Moldus. Mais connaissons-nous bien l'histoire de son auteur, Joanne Kathleen Rowling, qui a écrit l'une des histoires les plus vendues de tous les temps, avec près de 400 millions d'ouvrages vendus dans le monde ? Réalisé par un inconnu du nom de Paul A. Kaufman, ce biopic s'intéresse à la vie de cette écrivaine, de son enfance à la parution de son premier livre et nous en append beaucoup sur les difficultés auxquelles elle a du faire face. Une femme qui a du livrer bataille contre la précarité, la maladie de sa mère et la violence conjugale. Ainsi, des origines de Ronald Weasley aux gobelins de la banque Gringotts, en passant par le jeu d'echecs grandeur nature, tous les petits secrets de Harry Potter à l'école des Secrets font surface. La magie n'aura jamais été aussi belle, hormis dans ses adaptations !

Verdict : 13/20

commentaires

Octopussy

Publié le 22 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Espionnage

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/00/02/49/16/affiche.jpgTreizième opus de la saga James Bond, Octopussy ne s'avère finalement pas touché par la malchance et décoche même l'une des meilleures notes de la franchise pour le moment. La mission du jour consiste pour 007 à traquer un riche prince Indien qui, par une alliance avec un général russe, projette de détruire une base amérique. Un épisode relativement captivant qui confirme une fois de plus le talent de Roger Moore. On regrettera toutefois le côté surhumain de James Bond, surtout présent sur la fin, ce qui nuit gravement au film.

Verdict : 12/20

commentaires

Le Hobbit : Un Voyage Inattendu

Publié le 22 Décembre 2012 par lecinephiledusamedi dans Fantastique

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/93/43/35/20273834.jpgLe Hobbit : Un Voyage Inattendu (3D VO)

De Peter Jackson

Avec Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage

2012, 2h45, Tous Publics

 

                On avait eu droit, il y a près de dix ans maintenant, à la clôture d’une des plus belles trilogies que le cinéma ait connue, également signée de la main de Peter Jackson, Le Seigneur des Anneaux. Œuvre à part entière, dont la mythologie reste à ce jour l’une des plus élaborées, elle avait su livrer un scénario sans failles, dont la moindre scène parvenait non sans difficulté à scotcher le spectateur dans son siège et à le piéger dans les abysses merveilleuses de la contemplation. Ainsi, c’est le 12/12/12 que sort la première partie du Hobbit, œuvre dont la lourde tâche est de précéder The Lord of the Rings mais dont la seule image de vente, bien que commerciale, réside dans sa date de sortie. Car, comble de l’ironie, après une trilogie où l’on en réclamait toujours plus, le métrage est rapidement victime de sa durée, beaucoup trop longue et causant pour le coup un intérêt limité pour la majorité de ses scènes, dont l’utilité est plus que discutable. Critiqué pour cette raison avant même sa sortie, les limites d’une trilogie sont déjà atteintes. Qui plus est, le spectateur a l’énorme chance (terme bien ironique) de pouvoir le visualiser en 3D qui, une fois n’est pas coutume, n’a d’utile que les recettes qu’il va engendrer. Du début à la fin, Le Hobbit n’aura de cesse de voyager entre le bon et le médiocre, rendant presque transparente la frontière entre les deux, tant ses qualités se compensent par ses défauts. L’introduction est une belle initiative qui apporte un réel plus à l’histoire et permet de se plonger dans le récit convenablement, mais est rattrapée par l’image de fin, ô combien prévisible, et le combat des géants de pierre, favori pour la palme du WTF Moment. L’ambiance du film, relativement proche de celle du Seigneur des Anneaux, apporte son lot de surprises et relance la nostalgie qui nous avait quittée en 2003, par la beauté des images, la belle et délicate musique de Howard Shore et l’univers de Tolkien, dans toute sa splendeur. Dommage qu’une fois de plus, le scénario ne vienne entacher et pourrir ces qualités jusque-là essentielles. En effet, outre sa commune démesure pour le côté spectaculaire et l’invincibilité de masse de ses personnages, l’équipe scénaristique dissimule dans sa création trop d’héroïsme et oublie la base qui consistait à donner une âme à son métrage. L’échappée de la mine regroupe à elle seule tous les maux du film, de par sa forte dose de chance et son humour ridicule. Un humour d’ailleurs qui repoussera plus qu’il n’attirera. Toutefois, l’un des points forts du Hobbit se révèle être à caractère purement relationnel. En effet, les nombreux caméos parsemés dans le film sont un réel plaisir. Le simple fait de renouer avec Frodon Sacquet, d’apercevoir Christopher Lee ou d’admirer les quelques clins d’œil ponctués ici et là sont un réel plaisir et la richesse du casting n’en sera que meilleure. Un casting qui pourra faire ses preuves à travers une VO plutôt correcte, en particulier lors des chants. Pour résumer, Le Hobbit reste donc un condensé de bonnes et de mauvaises idées, qui se complètent, se rejoignent et engendrent bien malgré lui un léger sentiment de déception. Pour un film que l’on attendait tant, lourd est le regret devant le manque de travail et triste s’avère le résultat. CQFD

 

11/20

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/le-hobbit-le-film-qui-faillit-ne-jamais-se-faire-3585154/65166150-1-fre-FR/Le-Hobbit-le-film-qui-faillit-ne-jamais-se-faire_portrait_w532.jpg

commentaires
1 2 3 > >>