Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

Une Merveilleuse Histoire du Temps

Publié le 28 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Biopic

C'est avec Une Merveilleuse Histoire du Temps qu'Eddie Redmayne remporta l'Oscar du meilleur acteur en 2015, mais c'est aussi à travers ce métrage de James Marsh que Stephen Hawking eut un second souffle, deux heures durant lesquelles le public découvre la face cachée de ce génie de la science, de son enfance à de nos jours. Deux heures magnifiques où, derrière la prestation à couper le souffle de l'acteur britannique, se mêlent l'Amour, la Confiance et le Soutien, avec une once de saveurs scientifiques, légères comme le vent. Beau dans son ensemble, le film gagne le respect par son côté touchant, tout en délivrant un message humaniste. Ainsi, sans oser prétendre l'impensable, il est clair qu'à travers le temps, on aura connu une merveilleuse histoire.

16/20

commentaires

Whiplash

Publié le 27 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Musical

Vous pensiez avoir tout vu ? Vous ne parvenez plus à vous nourrir de l'essence même d'un film ? Vous pleurez devant cette vague de métrages qui se ressemblent et s'assemblent ? Courez d'urgence voir Whiplash. Récompensé des Oscars du meilleur mixage et du meilleur montage, en sus de celui du meilleur acteur de second rôle amplement mérité pour J.K. Simmons, ce groove haletant comme le souligne l'affiche se vit à cent à l'heure, entre solo de batterie d'une intensité rare et un duo dont les prestations relèvent du fantastique : le jeune Miles Teller excèle tout autant que son aîné J.K. Simmons. Fort, au rythme incomparable, intense et brillant, Whiplash marque le cinéma de son empreinte unique, il le glorifie et rappelle que cet art se vit et se ressent.

18/20

commentaires

Un monde parfait (visionnage 2)

Publié le 26 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Policier

Avant ses derniers métrages acclamés de tous (parmi Gran Torino, Million Dollar Baby, Mystic River ou American Sniper), Clint Eastwood s'était déjà illustré dans des westerns, certes, mais également dans de plus petites productions néanmoins réussies. Dans Un Monde Parfait, sorti dans l'hexagone fin 1993, il dirige Kevin Costner dans l'un de ses plus beaux rôles, celui d'un père de substitution ayant kidnappé un enfant pour lui offrir au final un road trip d'une intensité comme on n'en fait plus. Sous la photographie campagnarde qui enchaîne prés et routes de gravier, le bon vieux Clint prouve son talent par des dialogues humains, des sonorités éclatantes et une ambiance rare, entre un petit garçon et son ravisseur. Beau mais dur sur la fin, on pourra se targuer d'avoir assisté à un spectacle à la fois empathique et profond.

16/20

commentaires

Joker

Publié le 25 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Action

Fort heureusement, la période des Oscars ne s'accompagne pas que de bons films, sinon comment pourrions-nous les savourer à leur juste valeur ? Joker, de Simon West, à qui l'on devait pourtant Les Ailes de l'Enfer, en est l'exemple parfait. Le piège était grand : le réalisateur s'est fait connaître par son efficacité, Jason Statham est en tête d'affiche, on y parle vengeance et casino. Mais non, il ne faut jurer de rien, car nous sommes bien là face à une décousue totale : le scénario est plat, les dialogues maigres et le jeu d'acteur au plus bas. Car c'est simple : le film ne vaut que pour cinq pauvres minutes d'action placées au milieu, où l'invincibilité de l'acteur est à nouveau mise en avant, entre musique rock et chorégraphie qui n'envie rien à The Raid. Bref, si un ami vous propose ce film, dites "Joker".

7/20

commentaires

Imitation Game

Publié le 24 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Biopic

Comment décrire Imitation Game autrement que par son excellence ? Le biopic, réalisé par un certain Morten Tyldum, s'intéresse aux méthodes employées par le cryptographe Alan Turing pendant la Seconde Guerre Mondiale pour briser Enigma, et alors accélérer la fin du conflit. D'un intérêt constant tout du long, la réalisation s'en trouve soignée, en partie pour l'incroyable jeu d'acteur de Benedict Cumberbatch et le savoureux mélange d'humour et de drame parsemé dans le métrage. Ne se contentant pas d'aborder les faits du mathématicien mais explorant également sa nature et ses croyances, il gagne un crédit que peu oserait discréditer. Et, outre ses bons arguments cinématographiques, il attise la curiosité, de par les références scientifiques et informatiques qui y sont distillées. Car le théorème de Turing est ici applicable : pour percer le secret d'un bon film, il faut se voir en tant que tel, vivre en tant que tel, pour alors le devenir. 

16/20

commentaires

Oscars 2015 : l'avis du Cinéphile du Samedi

Publié le 23 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Cinéma Général

Meilleur film : Birdman

Etaient nommés : American Sniper, Boyhood, The Grand Budapest Hotel, Imitation Game, Selma, Une merveilleuse histoire du temps, Whiplash
=> Seul film avec Selma justement parmi les nominations que je n'ai encore pu voir, du fait qu'il ne sorte en France que ce mercredi, je ne saurais me prononcer. De belles nominations toutefois.

 

Meilleur réalisateur : Alejandro González Iñárritu pour Birdman

Etaient nommés : Richard Linklater pour Boyhood, Bennett Miller pour Foxcatcher, Wes Anderson pour The Grand Budapest Hotel, Morten Tyldum pour Imitation Game
=> Quand on sait que ce réalisateur est derrière Amours chiennes, 21 Grammes et Babel, c'est une suite logique. Un grand réalisateur.

 

Meilleur acteur : Eddie Redmayne dans Une merveilleuse histoire du temps
Etaient nommés : Steve Carell dans Foxcatcher, Bradley Cooper dans American Sniper, Benedict Cumberbatch dans Imitation Game, Michael Keaton dans Birdman
=> Eddie Redmayne m'avait presque fait pleurer pour sa prestation incroyable. Victoire méritée même si Steve Carrell et Benedict Cumberbatch étaient aussi bons.

 

Meilleure actrice : Julianne Moore dans Still Alice
Etaient nommés : Felicity Jones dans Une merveilleuse histoire du temps, Rosamund Pike dans Gone Girl, Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit, Reese Witherspoon dans Wild
=> Si le meilleur acteur avait interprété un homme atteint d'une maladie des os et la meilleure actrice interprète une femme atteinte d'Alzheimer, je crois que les Américains sont friands de ce genre de prestation. Still Alice sort en France courant mars. Rosamund Pike et Felicity Jones ressortent aussi du lot.
 
Meilleur acteur dans un second rôle : J.K. Simmons dans Whiplash
Etaient nommés : Robert Duvall dans Le Judge, Ethan Hawke dans Boyhood, Edward Norton dans Birdman, Mark Ruffalo dans Foxcatcher
=> Alors là, c'est sans conteste une évidence : J.K. Simmons dans Whiplash, c'est le masterpiece. Les autres sont bons, mais lui est incroyable.
 
Meilleure actrice dans un second rôle : Patricia Arquette dans Boyhood
Etaient nommés : Keira Knightley dans Imitation Game, Emma Stone dans Birdman, Meryl Streep dans Into the Woods, Laura Dern dans  Wild
=> Pas pu voir toutes les prestations encore, mais celle de Patricia Arquette est plutôt bonne. Le niveau cette année dans cette catégorie est toutefois assez faible par rapport à d'habitude.
 
Meilleur scénario : Birdman
Etaient nommés : The Grand Budapest Hotel, Boyhood, Night Call, Foxcatcher
=> Encore une fois Birdman. Un peu déçu pour Night Call que j'avais trouvé stupéfiant.
 
Meilleur scénario adapté : Imitation Game
Etaient nommés : American Sniper, Inherent Vice, Une merveilleuse histoire du temps, Whiplash
=> Très content pour Imitation Game, un excellent film qui mêle avec brio l'humour, le drame et l'amour. A voir encore : Inherent Vice.
 
Meilleur film d'animation : Les Nouveaux Héros
Etaient nommés : Les Boxtrolls, Dragons 2, Le conte de la Princesse Kaguya, Le Chant de la mer
=> si Dragons 2 n'a pas gagné, Les Nouveaux Héros doit juste être fantastique !!
 
Meilleur film étranger : Ida de Pawel Pawlikowski
Etaient nommés : Timbuktu d'Abderrahmane Sissako, Les Nouveaux sauvages de Damián Szifron, Mandariinid de Zaza Urushadze, Léviathan de Andrey Zvyagintsev
=> Timbuktu a gagné le César du meilleur film déjà. Ida, à voir.
 
Meilleur documentaire : Citizenfour de Laura Poitras
Etaients nommés : A la recherche de Vivian Maier de Charlie Siskel et John Maloof, Last Days in Vietnam de Rory Kennedy, Le Sel de la terre de Wim Wenders, Virunga de Orlando von Einsiedel
=> Le docu s'intéressante à Edward Snowden, l'homme qui dénonça le scandale NSA. Là encore, il me semble que les Amerlocks aiment ce qui choque.
 
Meilleure musique : Alexandre Desplat pour The Grand Budapest Hotel
Etaient nommés : Une merveilleuse histoire du temps, Imitation Game, Interstellar, Mr. Turner
=> Mouais, je pense qu'Interstellar mérite largement plus la victoire.
 
Meilleure chanson : Selma
Etaient nommés : La Grande aventure Lego, Beyond the lights, New York Melody, Glen Campbell: I'll Be Me
=> No comment, je n'en ai vu aucun.
 
Meilleure photographie : Birdman
Etaient nommés : The Grand Budapest Hotel, Ida, Mr. Turner, Invincible
=> J'ai un doute sur la musique, mais la photographie était très jolie. Je donne mon accord.
 
Meilleurs décors : The Grand Budapest Hotel
Etaient nommés : Imitation Game, Interstellar, Into The Woods, Mr. Turner
=> Là aussi, pour les décors, la victoire est méritée : The Grand Budapest Hotel est juste une avalanche de couleurs et de belles peintures.
 
Meilleurs costumes : The Grand Budapest Hotel
Etaient nommés : Inherent Vice, Into The Woods, Maléfique, Mr. Turner
=> Costumes aussi, TGBH envoyait du lourd.
 
Meilleurs maquillages : The Grand Budapest Hotel
Etaient nommés : Foxcatcher, Les Gardiens de la Galaxie
=> Mais niveau maquillage, non ! Steve Carrell était méconnaissable en John E. du Pont (Foxcatcher). Dommage...
 
Meilleurs effets visuels : Interstellar
Etaient nommés : Captain America, le Soldat de l'hiver, La Planète des singes : l'affrontement, X-Men : Days of Future Past, Les Gardiens de la Galaxie
=> Comme toujours, seuls les prix techniques reviennent aux réalisations de Chris Nolan. Pour les effets visuels, on reste dans la logique, Interstellar est bien au-dessus du lot.
 
Meilleur montage : Whiplash
Etaient nommés : American Sniper, Boyhood, The Grand Budapest Hotel, Imitation Game
=> Whiplash, que j'ai vu hier, est époustoufflant. D'un montage absolument incroyable, c'est une victoire que je salue.
 
Meilleur montage sonore : American Sniper
Etaient nommés : Interstellar, Birdman, Le Hobbit : la Bataille des Cinq armées, Invincible
=> Niveau montage sonore, Clint Eastwood a su prouver son talent, et les balles qui fusent le retranscrivent. Normal.
 
Meilleur mixage : Whiplash
Etaient nommés : Interstellar, Birdman, American Sniper, Invincible
=> Pour le mixage aussi, j'accord ma bénédiction.
 
Meilleur court métrage : The Phone Call
Etaient nommés : Aya, Boogaloo and Graham, La Lampe Au Beurre De Yak, Parvaneh
=> Vu aucun
 
Meilleur court métrage d'animation : Feast
Etaient nommés : The Bigger Picture, The Dam Keeper, Me and My Moulton, A Single Life
=> Vu aucun
 
Meilleur court métrage documentaire : Crisis Hotline: Veterans Press 1
Etaient nommés : Joanna, Our Curse, La Parka, White Earth
=> Vu aucun
 
commentaires

Le Limier

Publié le 21 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Thriller

Le Limier, de Joseph L. Mankiewicz, est ce qui s'apparente le plus à un huis-clos réussi, dans lequel les acteurs (ici Laurence Olivier et Michael Caine) jouent au jeu du chat et la souris, en inversant les rôles sans que l'autre ne s'en doute. La photographie est sobre, très british, alors que les dialogues intrusifs piègent le spectateur dans son ambiance paradoxalement bon enfant et très mature. Sans réel artifice, cette réalisation parvient alors à dresser le portrait de ses deux protagonistes avec justesse, au rythme de l'enquête qui progresse savoureusement. Même si quelques relâchements sont à prévoir ici et là, le métrage se laisse dangereusement savourer, ce qui tend à prouver que le réalisateur n'a pas perdu la main, neuf ans après le cultissime Cléopâtre. Amis détectives, que la chasse commence !

15/20

commentaires

Captives

Publié le 20 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Thriller

Captives est l'archétype parfait du film qui veut trop en faire, au point d'oublier les bases. Car non seulement il dilue son intrigue derrière un scénario labyrinthique où les idées se croisent et se recroisent, mais il a également l'incroyable don de servir l'une des prestations les plus froides qui soit, entre un décor hivernal et une absence quasi totale de joie à l'écran. Malheureux. Outre ces défauts néanmoins gros comme le nez au milieu de la figure, il n'est pas certain que l'on puisse s'en rappeler, en raison d'un manque cruel d'éléments novateurs : tout semble repris d'ailleurs, sans aucune personnalisation. L'idée de départ est intéressante, mais on assiste malgré nous à une pâle copie de Prisoners, qui ne dépasse ni n'atteint un film plus abouti. Seules quelques séquences, qu'on aurait voulu plus nombreuses, gagnent sympathie et admiration.

8/20

commentaires

Jupiter : Le Destin de l'Univers

Publié le 19 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Science-Fiction

Il est des réalisateurs qui réussissent brillamment la plupart de leurs films, mais se plantent totalement lors de rares exceptions : Danny Boyle avec Trance, Brian de Palma avec Le Dahlia Noir ou encore Ron Howard avec Le Grinch. Jupiter est l'exemple attribué aux Wachowski, à travers lequel on voit désespéramment que nul n'est intouchable, pas même les auteurs de Matrix et de l'excellent Cloud Atlas. Car passé une introduction discrète qui révèle néanmoins des effets spéciaux tout bonnement incroyables, les incohérences et mauvaises idées apparaissent petit à petit, entre sauvetages in extremis et dialogues pompeux, pour finir sur un faux twist d'une demi-heure durant lequel l'exaspération est à son comble, tant il pourrait se retrouver dans un métrage Emmerichien. Trop long, tombant dans l'explicatif mythologique de masse et dynamitant sur le devant de la scène un personnage peu attachant, il n'aura finalement servi qu'à se faire plaisir musicalement. Dommage.

7/20

commentaires

It Follows

Publié le 11 Février 2015 par lecinephiledusamedi dans Horreur

It Follows. Au-delà de l'affiche marketing arborant fièrement les commentaires optimistes et mélioratifs de l'oeuvre, de la souplesse du teasing qui déclenche curiosité et mystère de masse sur son passage, de la présence de l'intriguante Maika Monroe (qui a débuté sa carrière dans The Bling Ring, de Sofia Coppola et l'a poursuivie dans The Last Days of Summer, avec Josh Brolin et Kate Winslet), osons le dire : It Follows est clairement la lueur d'espoir pour les métrages d'épouvante, le ticket d'or que personne n'attendait. Car les qualités pleuvent, entre une bande-sonore absolument magistrale (on n'avait pas entendu mieux depuis Drive !), une mise en scène glaçante pour un effet garanti, amenant un final dantesque qui prouvera le savoir-faire de David Robert Mitchell. Le scénario est bête, très bête, mais réussir à obtenir un tel résultat avec un idée aussi faible, il s'agit simplement de talent, c'est indiscutable.

16/20

Démonstration (enfilez un casque, éteignez la lampe, est SAVOUREZ ce masterpiece !) :

commentaires
1 2 > >>