Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

La Défense Lincoln

Publié le 25 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Thriller

Adapté du best-seller de Michael Connelly et plaçant une star montante en la personne de Matthew McConaughey sur le devant de la scène, Brad Furman fait de La Défense Lincoln un must see. Ainsi, dans ce thriller politico-judiciaire, le futur acteur Oscarisé interprète un avocat talentueux, mêlé à une sombre affaire de viol aggravé. Et, outre ses séquences en pleine cour dont l'intérêt croît rapidement, le scénario multiplie les bonnes idées, entre duels manipulateurs et récit mené d'une main d'expert. Le charisme des acteurs, secondé par une intrigue prenante et une musicalité haletante, garantit un suspens de qualité, sans ralentissement, durant lequel le spectateur en prend pour son grade. A la manière de La Faille, avec quelques touches empruntées à L'Avocat du Diable, le métrage suit une pente menant au succès, "coupable" de ses arguments de taille.

17/20

commentaires

Big Eyes

Publié le 24 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Biopic

Connaissant les antécédents de Tim Burton, lui qui imagina le monde des Noces Funèbres, ressucita l'univers d'Alice au Pays des Merveilles et façonna Edward aux Mains d'Argent, il n'est pas surprenant de le voir à l'oeuvre de Big Eyes, biopic comico-dramatique portant sur Walter et Margaret Keane. Au coeur d'une des plus grandes impostures de l'art, l'époux s'attribua tout le mérite des peintures de sa femme, des enfants aux yeux énormes. Et, derrière ces êtres de gouache inanimés et leurs créateurs aux caractères finalement très antagonistes, le réalisateur se complaît à modéliser les paysages avec couleur et inventivité. Sympathique tout du long, le métrage rassemble des personnalités diverses, à la fois loufoques et tordues, et contribue à rendre hommage à l'oeuvre de cette artiste à l'imagination débordante. Et, confrontée à l'Oscarisé Christoph Waltz, Amy Adams s'en sort relativement bien. Un coup de pinceau, quelques dessins, et la bonne humeur repart.

15/20

commentaires

Inherent Vice

Publié le 23 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Policier

Imaginez un luxueuse voiture qui démarerait en résolvant une équation, un séjour aux Canaries où l'intégralité de vos contacts se feraient en mandarin ou une somptueuse demeure dont les pièces changeraient constamment de place : tant de propositions alléchantes amputées par l'impossibilité d'en profiter gracieusement. Inherent Vice, de Paul Thomas Anderson, suit la même logique. En effet, l'équation x+y+z, où les inconnus représentent respectivement le facteur humain (comprenez casting et réalisateur), la mise en scène et la bande-son, est irréalisable, tant le processus de décomposition se montre complexe. Scénario alambiqué qui trouve son salut dans son parcours labyrinthique, entre mélanges identitaires et scénario bien trop confus, le métrage témoigne d'une volonté évidente, mais d'un excès de zèle certain.

7/20

commentaires

Boyhood

Publié le 22 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Drame

Si l'on devait décrire Boyhood, il faudrait irrémédiablement aborder l'investissement personnel de Richard Linklater, qui durant douze ans s'éprit d'un objectif rare et novateur : celui de retranscrire sous forme de métrage la vie et l'épanouissement d'une famille américaine, en consacrant une petite vingtaine de minutes à chaque tranche d'âge, chacune réservant son lot de surprises et d'émerveillement. Ainsi, c'est dans ce contexte que l'on assiste, tel un soap, au quotidien de Mason et des siens, de son enfance à ses premiers pas dans le monde adulte. Aventure humaine avant tout, elle sera source de partage, de découverte de soi-même et d'expérimentations de la vie. Le concept était osé, le retour sur investissement long, mais la réussite est là : Boyhood constitue l'une des perles de ces dernières années, et en fait l'unanimité.

17/20

commentaires

Timbuktu

Publié le 12 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Drame

Au vu de son palmarès pour le moins impressionnant, entre nomination à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère et victoire au César du meilleur film, Timbuktu plaide le culte du succès en apposant ses distinctions en sa faveur. Et c'est dans un contexte lourd et pesant que prend place l'action du métrage mauritanien, dans un petit village soumis aux lois dictatoriales et totalitaires du djihad, où la peur cède le pas aux libertés individuelles de chacun. Entre une violence omniprésente, que l'on ressent de l'intérieur, et l'imposition croissante d'un dogme auquel l'on n'adhère pas forcément, Abderrahmane Sissako multiplie les prises d'action, en les entrecoupant toutefois par de brefs instants où le Mal n'a pas encore emprise, ode d'une complicité familiale pleine d'espoir, entre chants contestataires et jeux d'enfant imaginaires. Rythmé par une bande-sonore qui lui confère son unité propre, la pellicule ne souffre que rarement des clichés qui la régissent. Une aventure humaniste, réaliste mais pour le moins pragmatiste, à l'image de plans relativement brutaux.

14/20

commentaires

Citizenfour

Publié le 11 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Documentaire

Entre certitudes irréfutables parmi lesquelles l'immensité de l'Univers ou la philanthropie du Dalai Lama, l'on retrouve l'amour inconditionnel de l'Amérique pour les héros, de tous bords et de toutes origines soient-ils. Après Stephen Hawking dans Une Merveilleuse Histoire du Temps, Chris Kyle dans American Sniper ou Alan Turing dans Imitation Game, le septième art hollywoodien prouve son attachement pour ces Hommes dont les actions marquèrent l'histoire de leur empreinte. Citizenfour, de la journaliste Laura Poitras, s'intéresse à un tout autre genre : Edward Snowden, informaticien tirant sa renommée de ses révélations concernant le scandale PRISM, voulant que la NSA espionne et conserve les données de chacun des citoyens américains et européens à leur insu. Documentaire filmé quasiment en huis-clos, il témoigne de la gravité de la situation, entre termes informatiques d'un intérêt indéniable et aveux à la limite du sensationnel. Récompensé de l'Oscar du meilleur documentaire, il accorde également une place importante, véritable atout, à la morale et aux convictions du principal intéressé. Ce qui lui confère alors un intérêt et une compassion d'autant plus grande...

15/20

commentaires

American Sniper

Publié le 10 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Biopic, Guerre

Quand on aime, on ne compte pas. Ainsi résume l'amour du cinéaste Eastwood pour le septième art, encore à l'oeuvre du haut de ses 80 balais, dans ce nouveau biopic en mémoire de Chris Kyle, aka le sniper le plus redoutable de l'histoire des Etats-Unis. Ainsi, réalisé par un homme dont la légende même ne relève plus du mythe, American Sniper est le navire de guerre guidée par les vagues dramatiques et militaires qu'attire un phare nommé Oscars. Car, trois ans seulement après avoir passé au peigne fin l'aventure d'Edgar Hoover, l'ex cow-boy poursuit son écriture d'une Amérique moderne créatrice de héros, et véhiculant sa propagande patriotique sous les trompettes et drapeaux étoilés. Le métrage, lui, délaisse régulièrement la guerre pour franchir la barrière privée de l'homme, dans une analyse pré et post militaire, savoureux mélange dont les sons et images se bousculent avec harmonie. Précis, clair et sans bavure, le métrage atteint sa cible avec justesse, malgré une certaine redondance dans les mouvements.

15/20

commentaires

Apocalypse : La 1ère Guerre Mondiale

Publié le 6 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Séries TV

Tout comme la préquelle sur la 2e Guerre Mondiale et le volume dédié à Adolf Hitler, Apocalypse : La 1ère Guerre Mondiale est une mini-série documentaire de 5 épisodes retraçant les origines, le déroulement et les conséquences du conflit, le tout dicté par Mathieu Kassovitz. Sans aucune subjectivité, la réalisation, très abordable, rappelle les faits majeurs avec beaucoup de simplicité et ne se limite pas qu'au conflit : elle aborde également les conséquences économiques, sociales et politiques. "Armé" de cartes et d'une impressionnante collection de photos et vidéos restaurées pour l'occasion, Daniel Costelle et Isabelle Clarke, co-réalisateurs, réalisent à nouveau l'exploit : le documentaire diffusé sur France 2 est plébiscité et remet au goût du jour les événements terribles qui se sont déroulés, il y a cent ans de cela.

commentaires

La Nuit au Musée : Le Secret des Pharaons

Publié le 5 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Comédie

Le premier était plutôt sympathique et offrait un pitch intéressant, le second laissait déjà planer un doute quant à la viabilité de la franchise mais laissait néanmoins un bon goût en bouche après visionnage, le troisième est clairement la goutte de trop : victime des campagnes marketing et autres développements enfantins, il se décrit avant tout par sa stupidité. Le casting est joli, certes (Robin Williams, Ben Stiller, Rami Malek, Hugh Jackman, Alice Eve, Owen Wilson), mais a du exiger des sommes incommensurables pour afficher leur minois dans une réalisation aussi niaise. Car entre une relation père/fils criblées de clichés, des effets spéciaux dignes de série Z et un scénario qui prend l'eau passé les dix premières minutes, plus rien n'est à sauver, pas même le retournement de situation prévisible ou l'histoire d'amour à deux balles.

6/20

commentaires

Foxcatcher

Publié le 4 Mars 2015 par lecinephiledusamedi dans Biopic

Les films qui s'intéressent au basket-ball, au baseball ou à la boxe sont nombreux. Mais pour traiter de la lutte, Foxcatcher est le premier à compétitionner. Mis en scène par Bennett Miller, ce biopic dramatique montre des qualités très terre-à-terre, il longe le terrain avec beaucoup de sérieux et s'abstient des clichés habituels. Point fort du film, Steve Carrell y est phénoménal, tant pour son maquillage qui le rend méconnaissable que pour son jeu d'acteur, révélateur des plus grands. Peu habitué aux rôles de cette carrure, il s'en sort néanmoins très bien, un peu mieux même que Channing Tatum et Mark Ruffalo. Outre ces qualités propres aux characters, le film est avant tout humaniste, davantage axé sur les dérives comportementalistes que sur le sport. Cause ou conséquence (?), il n'évoluera jamais dans les cour des grands en raison d'une approche qui manque encore un peu de maturité.

12/20

commentaires
1 2 > >>