Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

The Neon Demon

Publié le 24 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Thriller

La simple évocation de Nicolas Winding Refn évoque, à elle seule, bon nombre d'interrogations et déchaîne les passions de cinéphiles invétérés : entre un Valhalla Rising soporifique d'un côté et la magnificence du bijou Drive d'un autre, il est, un peu comme Tarantino avant lui, le précurseur d'un cinéma incertain. Avec The Neon Demon, il tente de faire oublier le fiasco critique et commercial d'Only Gog Forgives et signe au passage une pépite fantastique, savoureuse et digne des plus grands. Car avec une telle introduction, les bases sont bétonnées. Avec une bande-sonore ahurissante, tant elle fascine et suscite l'émerveillement, le réalisateur aborde le monde de la mode avec une grande classe : il la dissèque sous toutes ses coutures, la retranscrit avec une mise en scène épique, tout en exploitant au mieux son personnage phare, la jeune Jesse (Elle Faning géniale), plongée malgré elle dans une fosse aux lions redoutables. Sa transformation est parfaitement retranscrite, visible tout du long, alors que chaque étape est matérialisée par une scène à forte sensation (on pensera à l'insouciante danse bercée par la Lune, sa rencontre avec un Desmond Harrington qui a bien changé depuis Dexter, au casting palpable qui va tout changer, menant au défilé tant attendu où l'adolescente se transforme en femme, faisant office de Black Swan). Et même si les longueurs se font très rares, le spectacle n'en perd une saveur et distille au compte-goutte son génie. En guise de final explosif, rien de mieux qu'un regard caricatural et ô combien absurde sur son trio de diablesses sexy sources de toutes les envies, mais néanmoins ligotées en enchaînées en leur for intérieur, vecteur d'un Démon de la Mode cruel et implacable.

17/20

commentaires

Adieu Anton Yelchin

Publié le 23 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Cinéma Général

2016 poursuit sa sombre année, en perdant cette fois le jeune Anton Yelchin, adhérant au club des 27, avec James Dean, Kurt Cobain ou Amie Winehouse.

 

Dans sa filmographie, j'ai pu voir :

15 Minutes, de John Herzfeld

Le Masque de l'Araignée, de Lee Tamahori

Coeurs Perdus en Atlantide, de Scott Hicks

Star Trek, de J.J. Abrams

Terminator : Renaissance, de McG

Le Complexe du Castor, de Jodie Foster

Fright Night, de Craig Gillespie

Star Trek Into Darkness, de J.J. Abrams

 

Une pensée pour les familles.

commentaires

Boulevard

Publié le 10 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Drame

C'est avec beaucoup de tristesse que Boulevard sort sur nos écrans en ce milieu d'année 2016, étant le dernier film à témoigner de l'expressivité et du talent d'un grand acteur : Robin Williams. Réalisé par Dito Montiel, qui avait déjà décroché un coup de coeur avec Il Etait une Fois dans le Queens (avec Robert Downey Jr.), le film est lui aussi empli de tristesse : non seulement la patte indépendante qui le caractérise ne se permet aucun écart, d'où une mise en scène terne et peureuse, mais l'état d'esprit fragile de Nolan Mack (Williams) nous est dignement retransmise. Bob Odenkirk (Better Call Saul), Kathy Baker ou l'incroyable gueule de Roberto Aguire ne changeront rien : le métrage transpire le manque, l'absence et l'omission. Et il en joue.

12/20

commentaires

Les Enchaînés

Publié le 9 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Policier

Les Enchaînés est mis en scène par un certain Alfred Hitchcock, offre un superbe duo en les personnes de Cary Grant / Ingrid Bergman et aborde la thématique de l'Après-Guerre alors même qu'on en sort (le film voit le jour en 1948). Et au vu des premières images, compliqué d'y voir son succès il reste. Car plus les événements s'enchaînent, plus on a du mal à suivre le récit, tant l'ennui qui nous guette tire sa force. Il faudra attendre les trente dernières minutes, après un effort considérable, pour enfin se voir remercier : les images finales méritent qu'on s'y attarde. Premièrement, elles sont pleines de tension, une tension palpable comme on en fait plus. Ensuite, elles permettent un échange de mots et de maux à son summum, avec un Claude Rains sensiblement affecté. Enfin, elles laissent le spectateur poursuivre sa réflexion suite aux indices glissés dans sa poche. Il est juste dommageable que seule la fin propose un contenu aussi riche.

11/20

commentaires

Captain America : Civil War

Publié le 8 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Fantastique

Qu'on le veuille ou non, dans le cinéma d'aujourd'hui, il faut compter avec Marvel. Au sein d'un univers qui s'étoffe d'année en année, avec des liens plus ou moins évidents entre les différents opus, le fan boy classique se trouve embrigadé dans une guerre qu'il vient même à sous-estimer : le conflit marketing, à la recherche des recettes ultimes. Pour en arriver là, il faut de l'inventivité, de bons réalisateurs, et une histoire qui vaille le coup. Avouons-le, pour Captain America : Civil War, les ingrédients sont réunis. Réalisé par les frères Russo, le métrage gravit l'Everest puisqu'il réunit pas moins d'une vingtaine de têtes connues, les fait s'affronter durant des combats épiques (même s'ils restent trop entrecoupés et mériteraient une vue plus généraliste) et ne laisse pas tomber pour autant la mythologie qui l'entoure. En effet, derrière ses grosses scènes d'action, les rouages scénaristiques sont également bien huilés. Et le scénario reste impartial, objectif : maintenant, à vous de choisir votre camp.

15/20

commentaires

Dalton Trumbo

Publié le 7 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Biopic

Dalton Trumbo fut l'un des scénaristes américains les plus prolifiques, enchaînant les scripts avec une fougue et une énergie folle. Mais, a priori mêlé au parti communiste en période de Guerre Froide, il se voit banni et rejeté de tous, le conduisant à travailler dans l'ombre. Le biopic de Jay Roach, forcément nominé aux Oscars vu la portée à la fois cinématographique et politique qu'il dégage, relate ces faits. Et, pour incarner ce héros contemporain, Roach porte son dévolu sur Bryan Cranston, l'un des pontes du petit écran, voulant désormais marquer les esprits sur le grand. Et pour cause, son incroyable prestance lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur acteur (qu'il perdra au profit de DiCaprio pour The Revenant). Si l'on ajoute sa petite touche indépendante, l'approche quelque peu comique (John Goodman merveilleux), la fidélité historique, bingo ! Superbe métrage, succès au rendez-vous, strass et paillettes... La suite, on la connaît.

16/20

commentaires

Money Monster

Publié le 6 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Thriller

Comme il s'agissait d'une réalisation signée Jodie Foster, on pouvait s'attendre à un succès inébranlable, au sein duquel les acteurs militaient pour la nomination aux Oscars, sous des airs symphoniques dignes des plus grands. On en est loin. Certes, le film n'est pas mauvais en soi, mais mérite mieux : alors que le scénario reste prévisible, sans grande classe, son contenu se cantonne à ses acquis, suivant un cheminement quelque peu classique. George Clooney, qui s'il reste amusant à faire le pitre, se montre complètement absent, seulement mis sur un piédestal face à l'ennui que déclenche son homologue féminine en la personne de Julia Roberts. Pour y trouver du positif, il faudra chercher du côté des agréables surprises, entre la présence d'un Giancarlo Esposito trop absent depuis Breaking Bad, ou les chorégraphies introductives. Bref, c'est évident, Money Monster aurait pu mieux faire.

12/20

commentaires

Café Society

Publié le 5 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Comédie Dramatique

Comme à l'accoutumée, la sortie d'un film tamponné par Woody Allen déclenche un phénomène à lui tout seul : présent pour l'ouverture du Festival de Cannes, il aspire les foules dans son sillage et se voit analysé de toutes parts. C'est une tradition désormais depuis l'excellent Minuit à Paris : le réalisateur aux lunettes rondes revient régulièrement faire parler de lui et, avec Café Society, il montre une fois de plus que le talent lui colle à la peau. Ainsi, dans un Hollywood des années 20, en pleine Prohibition, il aborde la complexité des relations humaines, toujours avec la marque qui l'a rendue célèbre, et met en avant le personnage qu'il préfère : l'Amour. Car sous ses airs cocasses, ses dialogues volontairement longs et pompeux et sa caricature toute tracée des personnages, on reviendra sans cesse à la même conclusion : Woody Allen est un narrateur, et il aime son métier. Nous aussi.

15/20

commentaires

Zootopie

Publié le 4 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Dessins-Animés

A l'instar des Mondes de Ralph et des Cinq Légendes, Zootopie s'affranchit des habituels/classiques/banals (choisissez) codes pour alors proposer un contenu riche et novateur : et si les humains n'existaient pas et que tous les animaux cohabitaient ensemble ? Partant de ce concept, Byron Howard et Rich Moore élaborent un joli film en images de synthèse, à l'imagination débordante, aux couleurs bariolées et aux personnages attachants. Sous sa jolie palette artistique, se cachent bien d'autres arguments de taille : entre l'humour ravageur, les clins d'oeil cinématographiques (entre Les Nouveaux Héros, Le Parrain ou Breaking Bad pour ne citer qu'eux) et la magie des mots. le film se veut accessible de tous et plante au passage le décor pour un voyage fantastique vers la bonne humeur. A noter la participation de Shakira avec une chanson entraînante.

16/20

commentaires

Chronique : Saviez-vous que toutes ces suites allaient voir le jour ?

Publié le 3 Juin 2016 par lecinephiledusamedi dans Cinéma Général

Objet : démontrer que le cinéma se meurt...

 

"Le cinéma, ce n'est plus ce que c'était", diront certains. "A quand Jurassic Park 9 ?", dirons d'autres. Pourquoi de telles remarques, qui paraissent illusoires il y a de cela quelques années encore, gagnent petit à petit leur crédit ? Quelle est la limite ? Jusqu'où irons-nous pour graisser la patte et essorer encore plus une idée jusqu'à la laisser complètement dénuée de sens ?

 

Plusieurs arguments qui plaident coupables :

1. Premier cas, un cas d'école : les franchises, les sagas, les films de super-héros, les pop-corn movies qui s'enchaînent. Cela fait des lustres maintenant que la machine est huilée et qu'Hollywood se gave en produisant de plus en plus de suites en série, bien souvent pour accroître sa machine à cash. Les déclarations d'acteurs qui souhaitent arrêter d'incarner leur personnage mais qui rempilent (devant un gros chèque ?) n'est plus légion. Pourquoi déjà prévoir un Fast and Furious 10 alors que le tournage du huitième n'a même pas encore démarré ? Et dire qu'ils imaginent même en faire des spin-off, sur le personnage de Hobbs notamment... Quel est l'intérêt, et où se trouve l'originalité ?

2. Deuxièmement, et non des moindre : la 3D, qu'on apposerait volontiers sur le grill, elle qui existait déjà dans les années 80 mais s'arrêta devant le flop, et qui reprend de l'ampleur depuis l'Avatar de James Cameron. Véritable outil marketing qui démontre une réelle absence d'intérêt (hormis quelques exceptions qu'il faille encore chercher, on est encore loin des résultats annoncés), elle ne fait que renforcer la mainmise des maisons de prod' sur le grand public. Certains cinémas ne proposent même pas le film en 2D, font payer et repayer les lunettes à chaque séance au prix d'or, et vantent l'effet "3D" en gros sur la jaquette. Certains ont même ressorti le film en 3D, comme Titanic. Et pourquoi proposer des films d'épouvante en relief ??!! Question rhétorique existencielle, la foire aux effets est en place, et est partie pour durer !

3. Et que dire des remake, reboot, préquels , spin-off ? Le film n'est même pas vieux de 10 ans que le public se voit déjà soumis à une réorientation. Parmi les plus illustres exemples, notons The Amazing Spider-Man, Vendredi 13, X-Men : Days of Future Past, et j'en passe...

 

Liste des métrages (non exhaustive bien sûr) qui sont amenés à sortir en salles obscures prochainement :

 

Dessins Animés : Le Monde de Dory - Les Indestructibles 2 - Cars 3 - Dragons 3 - Toy Story 4 - L'Age de Glace 5 - Moi, moche et méchant 3 - Les Croods 2

Horreur : Conjuring 2 - American Nightmare 3 - Rings - Ouija 2 - Vendredi 13 - World War Z 2

SF / Fantastique : Ninja Turtles 2 - Independance Day 2 - Star Trek 3 - Wolverine 3 - Les gardiens de la galaxie 2 - Transformers 5, 6 et 7- Godzilla 2 - Pacific Rim 2 - La Planète des Singes 3 - Alien : Covenant - Blade Runner 2 - Thor 3 - Star Wars 8 - Avatar 2, 3 et 4 - Avengers 3 et 4

Comédies : Camping 3 - Nos Pires Voisins 2 - Bridget Jones Baby - Brice 3

Action : Insaisissables 2 - Jason Bourne 5 - Le Flingueur 2 - Jack Reacher 2 - xXx 3 - Fast and Furious 8 - Bad Boys 3 et 4 - Pirates des Caraïbes 5 - Kingsman 2 - Equalizer 2

Remakes : SOS Fantômes - Power Rangers (jusqu'à 7 films !) - La Belle et la Bête - Kong : Skull Island - Spiderman : Homecoming - Jumanji - Jungle Book : Origins - The Predator - La Momie

 

QUE FAUT-IL DE PLUS ?

commentaires
1 2 > >>