Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

Suicide Squad

Publié le 23 Septembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Action

C’est surtout en voulant concurrencer Marvel et ses Avengers que DC explore les confins de ses bad guy avec Suicide Squad, avant la grosse machine qu’est Justice League (attendu fin 2017). Réunissant pour le coup un casting exceptionnel (Jared Leto, Will Smith, Ben Affleck, Margot Robbie (délicieusement perverse) ou Joel Kinnaman) pour coller à l’image florissante d’un DC en quête de renouveau, le studio met le paquet, à coup de pub marketing et de promesses scénaristiques. Et, bien qu’un peu longuet par moment, il faut avouer que la pilule passe plutôt bien. La présentation des characters est sympa alors que la BO un tant soit peu rock’n’roll rajoute une couche trasho-divertissante à un jeu d’acteur sublimé par le tandem Joker / Harley Quinn. Certes, on pourra critiquer –ouvertement même- le traitement déconcertant qui a été accordé à certains personnages, dont le temps d’affiche frôle le néant. On pourra vomir les effets spéciaux de l’Enchanteresse. On pourra rire de dialogues parfois niais handicapant le reste de l’œuvre. Mais on ne pourra qu’applaudir l’artifice déployé par David Ayer, déjà au top avec Fury.

14/20

commentaires

Free State of Jones

Publié le 22 Septembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Biopic

Qu’il s’agisse de la Seconde Guerre Mondiale, de la Guerre de Sécession ou de la vie d’Abraham Lincoln, les Américains restent friands des biopics et autres adaptations patriotes de leur Histoire, c’est un fait. Ainsi, surfant sur le succès de 12 Years a Slave, Oscar du meilleur film l’an dernier, Guy Ross propose d’adapter la vie de Newton Knight, cet homme qui mena une révolte contre les Confédérés dans les années 1860. Et, pour porter un rôle de cette envergure, il s’appuie sur un Matthew McConaughey qui n’a plus rien à prouver. Mais, sous ses airs de film historique, c’est avant tout un drame qui nous est proposé, abordant les difficiles thématiques de l’esclavagisme et de la lutte des classes. A la photographie exemplaire, et prompt à témoigner de la brutalité d’alors, Free State of Jones sort vainqueur d’un conflit qui n’a que trop duré, et permet ainsi un regard différent sur une période noire de l’Amérique.

15/20

commentaires