Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Cinéphile Du Samedi

Brice 3

Publié le 11 Novembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Comédie

Le premier était moyen, la suite est carrément bonne à jeter. C'est simple : à peine passé les cinq premières minutes, on en vient déjà à scruter sa montre, tout en espérant que le temps passe vite. Car entre gags lamentablement mauvais, jeu d'acteur risible (il a vraiment eu l'Oscar, lui ?) et scénario digne des plus grands Razzia, Brice 3 est, à n'en pas douter, un véritable navet qui s'assume. Sans démesure puisqu'il s'enfonce dans la médiocrité avec la durée, il conserve la tête hors de l'eau (rarement) lors de références au premier, mal placées. Au vu du résultat final, on reste persuadé qu'on aurait du se "casser" bien avant la fin...

4/20 

commentaires

A Vif !

Publié le 10 Novembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Comédie

A Vif ! est de ces films que personne n'attend, qu'on regarde bien aimablement au fond de son lit, qui a plutôt tendance à plaire, dont on garde une bonne image, mais qui sera néanmoins vite oublié. Bonne image pour sa dynamique gastronomique, toujours plaisante au septième art (le dernier en date reste #Chef, avec Jon Favreau), pour son joli casting (Bradley Cooper, Omar Sy émigré aux States depuis Intouchables, Daniel Brühl qui a bien changé depuis Good Bye Lenin !, Sienna Miller), ou pour sa capacité à se sortir de l'ennui en proposant un métrage bon dans l'ensemble. Pas grandiose pour autant, il a le mérite -unique, certes- de nous faire passer un gentil petit moment.

14/20

 

commentaires

Nerve

Publié le 9 Novembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Thriller

A force d'avoir une obsession pour les réseaux sociaux et les nouvelles technologies, la société allait bien, ici via l'intermédiaire d'Hollywood, continuer à en bouffer avec une jolie adaptation bien proprette. C'est Nerve, mis en scène par un certain Ariel Schulman (secondé par Henry Joost), qui propulse le sujet sur le devant de la scène avec le plus de réussite, avec une idée originale et relativement bien menée : des adolescents s'inscrivent pour mener des défis rémunérés online, qui vont, bien évidemment, toujours plus loin. Et pour coller avec le sujet, le casting est jeune (Emma Roberts et Dave Franco notamment) tandis que la mise en scène se compose d'artifices tels que messages qui se greffent sur l'écran ou BO à la mode sur les ondes. La fin restera, quoi qu'il en soit, quelque peu prévisible, mais le show est assuré.

15/20

commentaires

Morgane

Publié le 5 Novembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Thriller

A bien des égards, et malgré l'insoupçonnable casting qu'il abrite, Morgane est et restera un mauvais film. Ainsi, vulgaire copie d'un Ex_Machina bien plus abouti, tant sur le point scénaristique que philosophique, il ne fera qu'aborder le sujet avec une distance marquée. Les personnages ne sont point développés, Paul Giamatti, excellent, en tête, alors que le cliffhanger final qui s'offre au spectateur victorieux d'avoir tenu jusque là ne se découvre que trop tardivement. Il faut rajouter une certaine prévisibilité éloquente, table rase de clivages importants entre les différents rôles. Le point fort ? Le divertissement prend relativement bien, pas trop long, à peine consommable un dimanche pluvieux.

7/20

commentaires

Bleeder

Publié le 4 Novembre 2016 par lecinephiledusamedi dans Drame

Comme d'autres avant lui, Bleeder témoigne parfaitement d'un paradoxe des plus déconcertants : par l'absence de soutien voire par le manque de budget, le métrage, ici du désormais célèbre Nicolas Winding Refn, auteur de Drive, voit sa sortie internationale retardée de quelques années. En effet, c'est en 1999 qu'il sort en salles obscures danoises, après avoir marqué par son approche relativement symbolique. Avec son casting désormais "endémique", puisque la plupart se retrouvera derrière Pusher, le réalisateur aborde avec tact les notions d'amour et de haine, distinctement matérialisées par une spirale de violence et une ode à la grâce. Casting à l'époque inconnu, mise en scène typique à la photographie froide, la production aux allures de Dogme 95 n'en finit pas d'étonner, en partie pour le talent qui préfigure déjà.

13/20

commentaires